Le Mélomane, disquaire du mois de décembre

Le Mélomane, disquaire du mois de décembre

À lire en écoutant la sélection des coups de cœur du Mélomane, sur notre chaîne Youtube !

LVC : Ouvrir Le Mélomane a toujours été un rêve pour vous ? Dans une industrie où le futur est incertain, pourquoi avez-vous décidé d’ouvrir un disquaire ?

Le Mélomane : J’avais déjà voulu ouvrir un shop en 1997 mais la FNAC venait de s’implanter à Nantes alors j’ai renoncé. Début 2000, je me suis remis sérieusement à acheter du vinyle et je me suis rendu compte qu’il y avait peu de choix sur Nantes en dehors du disquaire Oneness et de Box Elder (qui allait fermer). J’ai également acheter du vinyle sur le net mais il me manquait quelque chose dans mon acte d’achat (pas de contact, pas de surprise, sur le net on achète ce que l’on cherche, chez un disquaire on entre avec une idée et on sort avec un truc qu’on aurait pas choisi à lla base). Aussi j’ai proposé à Anthony de Box Elder, de monter un nouveau shop . On est en 2005.

LVC : Quelle est la philosophie derrière Le Mélomane ? Quelle serait LA référence introuvable que vous rêveriez faire entrer chez vous ?

Le Mélomane : Dès 2005 on fait le pari du vinyle neuf, par la suite on a développé un peu l’occasion toujours en vinyle. Pour ce qui est des réf introuvables qu’on aimerait rentrer, il y en aurait tellement. Perso j’aimerais bien le King Kong – Buncha Beans qui est sorti uniquement en CD chez Drag City en 2007.

LVC : Quel album est votre meilleure vente depuis votre création ?

Le Mélomane : Vraisemblablement un Velvet, un Led Zep ou un Pink Floyd, bref un classico.

LVC : Quelle influence a le Disquaire Day sur votre activité ? Votre coup de cœur parmi les sorties exclusives pour cet événement ?

Le Mélomane : On a un pic d’activité mi avril et ça fait connaître les disquaires indépendants.

LVC : Comment arrivez-vous à suivre face aux prix pratiqués par les grandes enseignes ? Quelle est la clientèle du Mélomane ?

Le Mélomane : On ne les suit pas. Suivant les réfs ils n’ont pas toujours les meilleurs prix loin de là. De toute façon, on ne fait pas le même métier. A l’heure actuelle, le vinyle a le vent en poupe donc ils en vendent. Si demain la VHS ou disque laser reviennent ils vendront de la VHS et du disque laser à la place du vinyle. Il n’y a pas de considération pour l’objet vinyle de leur part. C’est une tête de gondole comme une autre.
Notre clientèle sont des amoureux du vinyle depuis plus ou moins longue date et qui pour la plupart connaissent l’importance d’avoir un disquaire indépendant dans sa ville.

LVC : Comment les choses ont-elles évoluées depuis que vous avez ouvert Le Mélomane ? Vos objectifs pour l’année 2017 ?

Le Mélomane : On arrive à peu près à sortir deux SMIG maintenant (ce n’était pas le cas au début). On a aussi beaucoup plus de choix dans les sorties vinyles et ça c’est super. Objectif 2017 : continuer à tenir le coup !

LVC : Les fêtes de Noël approchent, le vinyle est un cadeau qui a la cote ! Avez-vous observé un changement ces dernières années sur cette période ?

Le Mélomane : Non Noël reste notre meilleur mois en terme de vente. Notre clientèle a tendance à rajeunir (ou alors c’est nous qui vieillissons…) et à se féminiser c’est dernière années.

LVC : Si vous deviez faire votre propre sélection pour la box Vinyle Club : votre perle du 20e siècle et votre pépite du 21e ?

Le Mélomane : Pas cool comme question. Bon allez, le Love – Forever Changes, chez Rhino, en classico du 20ème et le dernier Zombie Zombie – Livity, chez Versatile, en pépite du 21ème.

Livraison offerte dès l'achat de 2 disques
+ +