Extend & Play, disquaire du mois d’avril

Extend and Play, disquaire du mois d'avril

LVC : Ouvrir E&P a toujours été un rêve pour vous ? Dans une industrie où le futur est incertain, pourquoi avez-vous décidé d’ouvrir un disquaire ?

Extend & Play : Un rêve pas vraiment, mais c’est devenue une évidence une fois que l’idée m’est venue. J’étais en Ecosse quand j’ai commencé a y penser, et j’ai travaillé le concept pendant quasiment deux années ensuite. Quand l’eshop est né en 2015, j’avais déjà une petite connaissance de la scène et de ses besoins, et une solide équipe autour de moi puisqu’on organisait déjà des événements depuis un petit moment. Le futur me semblait alors assez serein, surtout que la plupart les disquaires déjà implantés à Marseille et autour n’offrait pas vraiment de quoi rassasier les djs et mélomanes du coins en terme de musiques électroniques… Tout est parti de là.

LVC : Quelle est la philosophie derrière E&P ? Quelle serait LA référence introuvable que vous rêveriez faire entrer chez vous ?

Extend & Play : Notre philosophie c’est clairement l’éclectisme et la découverte, que ce soit dans les bacs ou pendant nos soirées. Je découvre des labels et artistes indépendants tous les jours, et avec eux l’envie de partager leurs travaux.. Je voyais le shop comme un espèce de hub des collectifs, labels, artistes et promoteurs locaux, et je suis bien content de pouvoir checker cet objectif de la “to do list” du shop, presque 3 ans après son ouverture.
Pour la référence introuvable j’en ai aucune particulière en tête, j’imagine qu’avec assez de patience aucun disque reste introuvable.

LVC : Quel disque est votre meilleure vente depuis votre création ?

Extend & Play : Ils sont quelques uns a se partager le podium, essentiellement issues de labels locaux :
Smoky Window, Life Notes, Lemme, DRMC, D-Mood, Modelisme, STRCTR …

LVC : Quelle influence a le Disquaire Day sur votre activité ? Votre coup de cœur parmi les sorties exclusives pour cet événement ces dernières années ?

Extend & Play : C’est comme un deuxième Noël, condensé en une journée. C’est marrant car le DD me permet de voir des têtes et de servir des clients que je ne vois jamais, ou trop rarement. C’est un gros coup de projecteur sur notre travail, même si il est important de rappeler qu’un disquaire est ouvert toute l’année, et que le Disquaire Day ça devrait être tous les jours 😉
Pour mon disque préféré du RSD, je voulais dire la réédition du Blade Runner de Vangelis, sortie l’année dernière en picture disc, mais le pressage laisse vraiment, vraiment à désirer. Du coup je dirai une référence qui elle n’a pas fait parti du circuit officiel (bien que ce soit une exclue DD) : No Artist – WLSLTD001, un disque house qui squatte souvent mon bag, sortie sur le label britannique Wilson à l’occasion du DD 2015.

LVC : Comment arrivez-vous à suivre face aux prix pratiqués par les grandes enseignes ? Quelle est la clientèle de E&P ?

Extend & Play : On ne peut pas suivre, du coup on se diversifie. 99% des disques proposés au shop ne seront pas disponible dans les grandes enseignes. La clientèle du shop et essentiellement composée de djs du coin et de passage, et de passionnés de la musique électronique.

LVC : Comment les choses ont-elles évoluées depuis que vous avez ouvert E&P ? Vos objectifs pour l’année 2018 ?

Extend & Play : Les choses ont plutôt bien évolués : lancement du site internet, lancement des nocturnes tous les jeudis soirs, lancement de 3 labels liés au shop et à Extend & Play, beaucoup d’instores mémorables et des résidences artistiques dans des lieux clés de la ville, un peu de distribution de sorties des labels locaux.. et surtout comme une symbiose dans l’évolution de la scène locale, et de pouvoir y participer activement. L’objectif pour 2018 sera de continuer dans cette direction et de continuer à grandir localement via le shop, et au delà via le site internet.

LVC : Si vous deviez faire votre propre sélection pour la box Vinyle Club : votre perle du 20e siècle et votre pépite du 21e ?

Extend & Play : Perle du 20e siècle : The Future Sound Of London et leur album Lifeforms, sorti sur Virgin en 94.

Pépite du 21e siècle : Casual Frequencies de Searaime, sortie sur le label du shop : Smoky Window.

 

Livraison offerte dès l'achat de 2 disques
+ +