THE LIMIÑANAS – Malamore

THE LIMIÑANAS - Malamore

L’été arrive, il faut absolument que nos oreilles s’échauffent.

Pas mieux trouvé que Malamore pour accompagner des virées en voiture, le long d’une corniche ou sur une route du littoral, à fond la caisse. L’album est chaud, suave, sec, comme une plaine aride d’un western, et pourtant, c’est la narration de et la voix sensuellement désabusée de Marie qui donnent le ton et l’identité de ce groupe rock qui part hors des sentiers battus, The Limiñanas.

Gainsbourien dans le chant et les textes, ce duo originaire de Perpignan avec Lionel à la guitare et Marie à la batterie, couple à la scène comme à la ville, est un ovni dans une scène musicale française très marquée ces dernières années par les vagues électro ou nouveau rap. A contre-courant de toute cette mouvance et en contre-pied d’une variété moribonde où beaucoup d’artistes s’entremêlent pour rentrer dans des codes « marquetés », Lionel et Marie creusent leur petit sillon main dans la main, clopin clopant, tambourin au poing et guitare en bandoulière, le riff aiguisé et les voix dégingandées de rockers que plus rien ne dupe. Du rock pur et pop avec un rythme psyché-yéyé comme écrin.
Lionel et Marie Limiñana ont une grande connaissance du rock, et de la musique en général : ils ont été disquaires, organisateurs de concerts et ont eu leurs expériences musicales respectives avant de se décider à travailler ensemble. Grâce au désormais “(pré-)historique“ MySpace, plateforme sur laquelle ils avaient diffusé leurs deux premiers titres, le duo se fait repérer par des labels américains indés.

Leur premier album au titre éponyme sort en 2010 et attire l’oreille d’un bon nombre de musiciens anglo-saxons tels que Jack White, Bobby Gilespsie, Andrew Weatherhall ou encore un certain Anton Newcombe du groupe mythique Brian Jonestone Massacre qui produira leur
tout dernier album sorti en 2018, Shadow People . Ça pose pas mal le groupe quand même.
Sorti en 2016, Malamore est leur quatrième album studio et chaque morceau de cet opus est comme un film qu’on écouterait : les images nous viennent par les notes et les textes chantés (si ce n’est narrés) par Lionel et Marie…
« Allongé sous un parasol Je mâche des graines de tournesol C’est l’heure où le long du rivage Des allemands sont en nage… Il est temps d’aller se baigner ».
L’onirisme des textes, quasi cinématographique, et les arrangements musicaux ne font qu’accentuer cette dimension fictive qui nous emporte presque comme un trip.
L’intelligence de Malamore , c’est cette synthèse entre le rock, la pop (ici en l’occurrence yéyé), le rêve, le voyage et tout ce qui fait qu’un disque, qu’un vinyle, est un objet d’évasion et le restera toujours.

Marie-Laure Sitbon