Black Messiah-2xLP

D'ANGELO & THE VANGUARD

29,00 

Plus que 2 en stock

UGS : 888750565518
Catégories : , ,

Description

Cet album est l’histoire d’une résurrection et d’une capacité de résilience inespérée ! Rarement dans l’histoire de la musique un album s’est fait attendre si longtemps. Il a fallu faire preuve de patience et d’une bonne dose de croyance pour voir enfin sortir ce Black Messiah, qui porte son nom à merveille, pendant les quinze ans qui séparent Voodoo de celui-ci !

Rappelons-le : entre le milieu des années 90 et le début des années 2000, tout réussi à D’Angelo, petit génie et figure de proue de la néo-soul, qui sort non seulement deux albums indispensables qui trustent le haut des charts, Brown Sugar sorti en 1995 et Voodoo en 2000, mais qui est en plus régulièrement sollicité pour faire des featurings prestigieux, participer à des bandes originales de films à succès ou produire avec le collectif incontournable de l’époque : The Soulquarians.
Mais comme souvent, la notoriété et ses excès peuvent détruire les artistes. Les années qui vont suivre vont être une longue descente aux enfers pour Michael Eugene Archer (son vrai nom à la ville) : addictions à la drogue et à l’alcool, grave accident de voiture, séparations amoureuses douloureuses, ruptures de contrat, ennuis avec la justice… Ses apparitions publiques s’étalent plus dans les tabloïds que dans les salles de concert !
Malgré tout, sans disparaître totalement des radars, il apparaît de façon sporadique à la fin des années 2000 sur les albums de ses collègues (Q-Tip, Common, J.Dilla, Snoop Dogg…) et on apprend qu’il commence à travailler sur de nouveaux morceaux pour un nouvel album. Mais le processus est laborieux et de rumeurs en démos diffusées sur les réseaux de façon hasardeuse il faut attendre 2012 pour que le ciel s’éclaircisse enfin.
Il se lance en effet dans une tournée européenne et y joue en plus des classiques extraits de ses deux premiers opus, quatre titres inédits composés pour son nouvel album avec des retours critiques élogieux. Tout le monde pense qu’une sortie est imminente mais il faudra attendre encore deux ans pour que le nouveau-né voie enfin le jour.

C’est finalement le 15 décembre 2014, à la surprise générale, que Black Messiah, édité chez RCA, sort dans les bacs et que l’on découvre pour l’occasion que l’artiste a été très bien entouré. Tout d’abord, il y a ce super groupe qui l’accompagne : The Vanguard est composé de poids lourds du genre à commencer par le guitariste Jesse Johnson (ex The Time) et le batteur John Blackwell (ex New Power Generation), deux figures du Minneapolis sound formés par Prince. Il y a également la chanteuse Kendra Foster qui fait partie des P-Funk Allstars de George Clinton et qui a écrit sur ce LP une grande partie des paroles. On pourra nommer également le bassiste Pino Palladino, une bête de studio comme on dit, ayant joué avec de nombreuses pointures (Eric Clapton, Jeff Beck, De la Soul, Chaka Khan…) ainsi que Chris Dave (Maxwell, Adèle, Robert Glasper Experiment…). Si on ajoute à ça les amis venus en soutien (Questlove, Q-Tip, Roy Hargrove), on comprend que l’affaire est sérieuse ! Le résultat est à la hauteur de nos espérances ! L’image du crooner et séducteur véhiculée lors de ses deux premiers albums a laissé place à un artiste plus mature et complexe. Bien sûr on ne sera pas étonné, plus que jamais l’esprit de Prince, une de ses idoles, n’est jamais très loin comme sur le morceau « The Charade » ou « Prayer ». Sa néo soul emprunte parfois des tonalités plus jazz comme sur le sautillant « Sugah Daddy » ou sur « Betray my heart » et sa guitare groovy voire blues sur « The Door ». S’il parle d’amour, il se montre également plus engagé (à l’image de la pochette d’ailleurs) comme sur « 1000 deaths » et son introduction extraite du documentaire The Murder of Fred Hampton qui raconte l’assassinat par la police d’un des leaders des Black Panthers.

La basse est lourde, le son est foutraque, la voix de D’Angelo saturée mais on y ressent l’urgence et le chaos. Et puis il y a surtout cette pépite, sans aucun doute une de ses plus belles compositions « Really love ». Sa guitare acoustique accompagne sa voix d’une douceur sensuelle familière, dans une mélodie pleine de mélancolie.
Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce morceau remporte un Grammy Awards pour la meilleure chanson R&B, en plus d’un second pour le meilleur album R&B de 2015 ! Et l’adage populaire “la patience est mère de toutes les vertus” prenait alors tout son sens, tant notre attente était récompensée, et remportait un succès critique et public. Black Messiah est depuis devenu un classique de la soul contemporaine. Alléluia !

Arnaud Brailly

L’anecdote :

On est toujours en attente d’un nouveau successeur à Black Messiah. Heureusement, de temps en temps, D’Angelo donne des nouvelles. En 2018, il sort un titre inédit « Unshaken » pour le jeu vidéo Red Dead Redemption 2, en 2020 il apparaît sur le titre « Behoove » au côté d’Erykah Badu pour l’EP de Terry Slingbaum, et en 2021 il se produit à l’Apollo Theater dans le cadre du webcast Verzuz et au Tribeca Film Festival. Espérons malgré tout qu’il ne faudra pas attendre encore dix ans pour écouter un nouvel album de Mister Archer !

Abonnement sans engagement de durée

Livraison facile

Paiement sécurisé

Rejoignez le club

Devenez membre et bénéficiez de 20% sur tout le store.
Recevez chaque mois 2 vinyles, une pépite & une perle.