THE BLACK KEYS

Brothers

24,00  20,00 

En stock

Description

Voici les jours qui rallongent, et une période un peu particulière ou l’on est surement un peu trop resté à la maison.
Le Vinyle club s’est donc donné une mission : réveiller le rocker sauvage en nous. Avec Brothers , l’album qui a véritablement révélé les Black Keys au grand public, on va être servi. Des guitares, du son vintage, du rock, dans son plus simple appareil.

Pour la petite histoire, les Black Keys c’est un avant tout un aigle à 2 têtes : Dan Auerbach à la guitare et au chant et Patrick Carney à la batterie. Oui, tout ce boucan est fait seulement par deux musiciens, deux petits « blancs-becs » un peu hipsters la trentaine bien tassée, tous deux originaires d’Akron, dans l’Ohio. Bercés par le blues depuis l’enfance, Dan et Pat se rencontrent au lycée au beau milieu des années 90 : deux petits nerds fans de blues, et de tous les classiques de la Motown, ça détonne un peu dans une époque où le grunge ou encore la trip-hop font rage…
C’est surtout grâce au légendaire bluesman Junior Kimbrough que Dan Auerbarch trouve sa vocation de guitariste et de songwriter, écoutant ses chansons des journées entières, jusqu’à en négliger l’école. Les deux acolytes sont même tellement passionnés qu’ils décident vite d’arrêter leurs études et de se consacrer entièrement à la musique, écrivant des chansons et enregistrant des démos en quatrepistes dans le garage des parents de Pat. Au départ, ils avaient l’intention de créer une formation blues classique (2 guitares, basse et batterie), mais le bassiste et le guitariste qu’ils voulaient auditionner ne s’étant pas présentés au rendez-vous, ils décident de tout faire eux-mêmes en duo. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Le son Black keys est un son brut de garage rock, qui aurait presque une odeur : celle du bois des guitares, celle d’un vieux garage transformé en studio de repet ou l’on aurait trop bu et trop fumé. Celle des vieilles bécanes aussi, qui marque aussi le style du groupe. Dan utilise d’ailleurs depuis leurs débuts du matériel vintage pour justement recréer ce son rauque et sans fioritures. Des guitares saturées, une caisse claire omniprésente sur laquelle Pat passe ses nerfs, sans oublier Dan qui frappe ses basses au pouce. Bref du brut, qui a su ramener le blues à sa juste valeur : une musique populaire et intemporelle.
Les Blacks Keys bossent leurs sons comme des scientifiques sur une formule chimique et en 2002 le premier album The Big Come Up voit le jour. Quelques années plus tard et 5 albums à leur historique, les Black Keys sont déjà un groupe de rock indé confirmé à l’identité vintage assumée. Il ne leur manquait plus qu’un soupçon de succès « mainstream » pour faire de ce duo un grand groupe.

Brothers sera l’album qui les révélera véritablement au grand public. Sorti en mai 2010, on dira de Brothers qu’il est plus pop que les albums précédents, sans pour autant perdre son coffre brut et ses guitares saturées. Que ce soit avec « Everlasting Light », le single « Tighten Up », ou encore sur un morceau plus “stoner“ comme «Howlin’ for you », les Black Keys affinent leur jeu pour séduire le plus grand nombre. Mission réussie : Brothers sera un énorme gros succès commercial pour le groupe, avec plus d’un million d’exemplaires vendus et un Grammy Awards.
L’autoroute du succès est désormais ouverte, El Camino sorti en 2013 confirmera les talents du groupe pour surfer sur toutes les vagues du rock brut, entre blues et stoner. Derrière eux, d’autres artistes s’engouffreront dans la brèche du style garage rock vintage, mais aucun n’arrivera à aller aussi loin dans l’énergie brute.
Volume de la platine à fond, fenêtres ouvertes, offrez à tout le quartier un bon gros shoot de Black Keys. A consommer sans aucune modération.

Marie-Laure Sitbon

Écoutez

Abonnement sans engagement de durée

Livraison facile

Paiement sécurisé

Rejoignez le club

Devenez membre et bénéficiez de 20% sur tout le store.
Recevez chaque mois 2 vinyles, une pépite & une perle.